Léon Berben L'ornementation dans l'oeuvre d'orgue de Johann Sebastian Bach
Het ORGEL 106 (2010), nr. 4, 32-38 [Résumé]

Dans l'exécution de l'oeuvre d'orgue de Johann Sebastian Bach il n'est pas très habituel aujourd'hui d'ajouter des ornements qui ne sont pas notés. Cependant dans ses Praecepta der musicalischen Composition (Weimar 1708) Walther décrit des additions semblables comme une pratique naturelle. Dans des sources du début du dix-huitième siècle on trouve des exemples de compositions pourvues de beaucoup d'ornements parmi lesquelles des versions richement ornées d'entre autres Canzona et Passacaglia de Bach. Dans des copies ultérieures aussi on trouve des versions de compositions de Bach pourvues d'une riche ornementation. Aussi bien les sources du début que celles de plus tard nous montrent quelle était la manière d'orner à l'époque de Bach. Qu'aujourd'hui l'addition d'ornements qui ne sont pas notés ne soit pas d'usage se rapporte au fait que dès le début du dix-neuvième siècle, Bach fut considéré comme une sorte de monument saint de force et de grandeur de l'Allemagne: c'est pourquoi il ne faut rien changer à sa musique, ni ajouter aucun ornement. Des publications récentes sur l'art d'ornementation de Bach se situent dans cette tradition. Ajoutez à cela l'idée discutable que les éditions appelées 'Urtext' contiennent les versions définitives et incontestées des compositions.