Jan Dirk Wassenaar Des pas de Dieu perceptibles à l'oreille. Le théologien protestant Oepke Noordmans et l'orgue
Het ORGEL 105 (2009), nr. 1, xx-xx [Résumé]

Dès sa jeunesse Oepke Noordmans (1871-1956), qu'on a appelé le 'théologien réformé le plus génial des Pays-Bas', connaissait bien l'orgue. Dans le domicile paternel - plus tard le presbytère de Noordmans - il y avait un orgue auquel le facteur d'orgues avait ajouté "en supplément" trois grands tuyaux 16 pieds. Quand Noordmans était pasteur ces tuyaux d'orgue lui servaient dans un prêche comme image de la triade 'foi, espérance et charité' qu'on trouve dans 1 Corinthiens 13.
Au début du vingtième siècle l'orgue jouait un rôle dans la discussion sur la liturgie dans laquelle Noordmans s'opposait vivement à Gerardus van der Leeuw. D'un côté Noordmans reconnaissait la valeur de l'orgue comme instrument liturgique. "Je n'ai entendu rien de ma vie qui m'a donné une si grande sensation de pas de Dieu perceptibles à l'oreille,'' a-t-il écrit après avoir entendu une pièce d'orgue de Bach dans la Grote Kerk (Grande Eglise)d'Arnhem. De l'autre côté Noordmans trouvait que le culte devait rester centré sur le 'service de la Parole' (prêche). Il n'était pas d'accord si l'on faisait de l'organiste une sorte d' 'évangélisateur' à côté du pasteur.

l 'Orgue de Oepke Noordmans