Ronald Stolk Musique de cire et or. L'univers organistique de Jean-Louis Florentz
Het ORGEL 105 (2009), nr. 1, 10-21 [Résumé]

Jean-Louis Florentz (1947-2004) était compositeur et ethnomusicologue. Son oeuvre est caractérisée par une synergie d'éléments africains et européens et comprend non seulement de la musique pour orchestre, choeur et violoncelle, mais aussi quatre compositions pour orgue. Dans ces compositions pour orgue les éléments africains ne sont pas que 'des citations', mais ils déterminent la forme et l'idiome musicaux. Ce qui en a résulté est un 'art de conter' extrêmement différencié où sont fondus des éléments africains et des éléments de la musique d'orgue symphonique française.
A cause de la division en sept parties et du degré de difficulté varié de ces parties, Laudes (opus 5) se prête par excellence à faire la connaissance de la musique de Florentz. Remarquable dans Laudes est l'utilisation tout à fait nouvelle d'aliquotes. Florentz avait des idées claires sur 'l'orgue de l'avenir'. Pour son orgue rêvé une grande palette de jeux de mutation était caractéristique.
Laudes est la partie centrale du Livre du Pacte de Miséricorde, un triptyque grandiose que Florentz a composé comme un office - inspiré par la liturgie éthiopienne - en l'honneur de la Sainte Vierge. La première et la dernière partie du triptyque sont des compositions pour chant de solistes, choeur et orchestre. Les trois parties du Livre se fondent essentiellement sur des textes éthiopiens. A la fois elles sont un commentaire musical aux secrets du rosaire dans lequel Laudes réfléchit sur les Secrets Tristes. Les sept parties de Laudes sont des 'icônes musicales' de la Vierge qui pleure l'église persécutée de l'Ethiopie. Mais la musique prêche aussi l'espérance.